The First Meal, une exposition collective proposée par Yvannoé Kruger, avec Marilou Thiébault

DU 18 JUIN AU 5 SEPTEMBRE 2021

The First Meal - POUSH - Crédit Romain Darnaud

The First Meal – Crédit Romain Darnaud / Manifesto

Manon Wertenbroek, Love, 2021, pain, émail, cuir, pigments, acier inoxydable, 16x16x3cm environ – Courtesy de l’artiste

Des visites de l’exposition sont organisées en août et début septembre. Inscription obligatoire

The First Meal est le premier opus d’un cycle de trois expositions dédiées au repas.

Au-delà de la fonction vitale de l’alimentation, ce cycle entend sonder les implications sociales et créatrices du repas, où les convives se retrouvent autour d’une table et où les histoires se racontent. De sa préparation à sa digestion, le repas est une cérémonie dans laquelle les fruits de la nature sont saisis, transformés et assimilés. Il façonne et le corps et l’esprit. Cette assimilation procède d’ailleurs de cycles de la matière qui brassent l’ensemble du vivant dans une mise en abyme interminable brillamment décrite dans Hamlet. Ce dernier rappelle au roi “qu’un homme peut pêcher avec un ver qui a mangé d’un roi, et manger du poisson qui s’est nourri de ce ver” et résumer cette chorégraphie intestinale en montrant “comment un roi peut faire un voyage à travers les boyaux d’un mendiant”.

Ce cycle entend explorer les modes de transformation et de consommation de la nourriture tout en illustrant leur richesse symbolique et sémantique dans le champ des arts plastiques. À l’instar de l’atelier d’artiste, la cuisine apparaît comme un lieu de métamorphose, un laboratoire de chimie empirique. Les techniques à l’usage dans une discipline trouvent leur contrepoint dans l’autre, et semblent circuler librement de l’histoire de l’art à celle de la cuisine. Sous couvert d’une nécessité première et biologique, un repas aussi est une expérience esthétique. Pour l’hôte, il parachève une série d’essais, d’échecs, de tâtonnements ; pour les convives, c’est la découverte privilégiée d’un nouvel état de la matière, où le plaisir est grandement lié au fait de pouvoir l’apprécier ensemble.

Dans un moment où l’attention et l’inquiétude quant aux pratiques de l’industrie agroalimentaire vont grandissant, ce cycle d’expositions entend mettre en “cène” la relation primordiale de l’humain à la nourriture. En évoquant les rituels qui accompagnent le repas, ces expositions exploreront les croyances qui l’entourent et les pouvoirs qui lui sont attribués, dessinant par là même les correspondances entre ordre cosmogonique, organisation culinaire, disposition de l’esprit, des humeurs et des sens.

Les trois temps de ce cycle consacrent trois dimensions : la flamme (le cru et le cuit), la sublimation par la dégradation (la fermentation et les moisissures), et l’asepsie (la mort par Pasteur).

The First Meal (Première Cène) se penche sur les représentations d’un repas primordial et archétypal.

La chasse et la cueillette étant faites, les premiers cercles de convives peuvent se réunir autour du foyer où les aliments sont mis à cuire, foyer qui donnera d’ailleurs son nom au logis. C’est à l’occasion de ces repas originels que nos ancêtres apprennent à domestiquer la nuit. Ils y parlent au passé et au futur, et racontent des histoires dont certaines traverseront le temps à travers les mythes et légendes. C’est d’ailleurs le mythe du don du feu aux Hommes, rendu célèbre par la figure de Prométhée, qui est à la fois le plus archaïque et le mieux partagé sur Terre. Ces scènes de nuit ont probablement été le premier terrain de jeu et d’expression des artistes et peut-être même le révélateur de leur vocation. C’est la nuit, place aux artistes !

On imagine combien les silhouettes projetées sur les parois des cavernes ont pu exciter l’imagination, transformant le repas en un théâtre d’ombres. C’est donc bien le brasier, support des repas et des histoires, qui est au cœur de ces scènes avec une flamme centrale qu’il s’agit d’alimenter, elle aussi. Elle est le fil conducteur des discussions et de cette exposition qui aborde le phénomène de la cuisson, depuis le mythe prométhéen jusqu’aux arts du feu en passant par la chimie culinaire. Elle décline la dialectique du cru et du cuit dans les œuvres de seize artistes : Arnaud Adami, Iván Argote, Cecilia Bengolea, Julia Borderie & Éloïse Le Gallo, Nicolas Boulard, Alex Cecchetti, Caroline Corbasson, Charles Hascoët, Matthew Lutz-Kinoy, Desire Moheb-Zandi, Margot Pietri, Leï Saïto, Edgar Sarin, Bruno Verjus et Manon Wertenbroek.

The First Meal - POUSH - Crédit Romain Darnaud

The First Meal – Crédit Romain Darnaud / Manifesto

The First Meal - POUSH - Crédit Romain Darnaud

The First Meal – Crédit Romain Darnaud / Manifesto

The First Meal - POUSH - Crédit Romain Darnaud

The First Meal – Crédit Romain Darnaud / Manifesto

The First Meal - POUSH - Crédit Romain Darnaud

The First Meal – Crédit Romain Darnaud / Manifesto

The First Meal - POUSH - Crédit Romain Darnaud

The First Meal – Crédit Romain Darnaud / Manifesto